Skip to content
Mobile menu

Published in: Politique

Trumpé ou pas Trumpé ?

By Lucas BORDAS

Donald Trump est né le 14 juin 1946 à New York. C’est un homme d’affaire américain. Magnat milliardaire de l’immobilier, il devient une célébrité médiatique dans son pays dans les années 1980. Il est le fils de Fred Trump, un promoteur immobilier de New York. Donald Trump fait ses études à l’école de commerce de Washington à l’université de Pennsylvanie. Il est le fondateur de la Trump Entertainment Ressort, sa société réunissant ses casinos. Il est célèbre pour avoir bâti son empire et sa notoriété sur des bâtiments prestigieux qui portent généralement son nom comme la Trump Tower et aussi un grand Casino à Atlantic City, le Trump Taj Mahal. Il s’engage en politique à partir des années 1980. En 1977, il épouse Ivana Zelnickova, athlète et mannequin tchécoslovaque, qu’il rencontre en 1976 dans le bar Maxwell’s Plum. Ils ont ensemble trois enfants : Donald Jr, Ivanka et Eric Trump. Ils divorcent en 1992. En 1993, il épouse Marla Maples, avec qui il a une fille, Tiffany. Le couple se sépare en 1997 et divorce en 1999. Depuis janvier 2005, il est marié à Melania Knauss, mannequin originaire de Slovénie avec laquelle il a un fils : Barron William Trump. Impliqué dans le secteur du divertissement télévisuel, il est de 2004 à 2015, l’animateur de l’émission de télé-réalité The Apprentice, ce qui contribue largement à sa célébrité.

24877255799_164f268548_b
Donald Trump

Lors des élections présidentielles américaines de 2016, Trump et Hillary Clinton sont deux candidats qui souffrent d’une mauvaise image dans l’opinion. Les partisans de Donald Trump se disent préoccupés par l’immigration et le terrorisme. Pour sa campagne, les banques américaines refusent de lui prêter de l’argent en raison de ses mauvaises relations avec elles en tant qu’entrepreneur. Le premier débat télévisé entre les deux candidats le 27 septembre est dominé par Hillary Clinton. À quelques jours du deuxième débat, Trump explique que « Quand vous êtes une star, [les femmes] vous laissent faire, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, les attraper par la …, faire ce que vous voulez.». Trump déclare que, s’il est élu, il nommera un procureur spécial pour s’occuper du dossier des 33 000 e mails de l’ancienne secrétaire d’État et qu’elle sera mise en prison. Par la suite il laisse entendre que les élections sont truquées. Cette attitude lui attire des critiques du président Barack Obama. Quelques jours avant l’élection, l’écart se réduit dans les sondages entre les deux candidats. Enfin Donald Trump remporte l’élection. Il renverse la tendance annoncée en particulier en Floride, en Caroline du Nord, dans le Wisconsin et en Pennsylvanie qui lui apportent 74 grands électeurs. Il est cependant devancé par Hillary Clinton en nombre de voix total.

8567813820_32b8aa4810_b
Donald Trump

Prises de position

Affaires étrangères et défense nationale : Donald Trump s’entoure principalement d’anciens militaires pour le conseiller. Il privilégie des investissements sur le sol national et propose d’augmenter les effectifs de l’armée américaine à 540 000 individus. Il indique ne pas exclure l’usage de l’arme nucléaire. Il entend diminuer significativement la participation financière des États-Unis au sein de l’OTAN et de l’ONU et réduire la présence militaire américaine en Europe.

Moyen-Orient : Il accuse Barack Obama et Hillary Clinton d’être responsables de l’émergence de l’Etat islamique, il préconise d’attaquer les djihadistes et leurs familles et de réduire l’engagement américain en Syrie au profit d’un renforcement en Irak, évoquant la nécessité de mobiliser 20 000 à 30 000 soldats pour vaincre l’État Islamique. Il salue l’intervention de la Russie en Syrie.

Russie : Lors de sa campagne présidentielle, il critique régulièrement la politique étrangère de Barack Obama, notamment en ce qui concerne les relations avec la Russie. Trump est qualifié d’homme « brillant, plein de talent » par Vladimir Poutine. Plusieurs membres de l’équipe de campagne de Donald Trump ont noué des réseaux en Russie. Tout en niant tout lien avec la Russie, Donald Trump encourage celle-ci à s’impliquer dans les affaires politiques américaines.

Chine : Il envisage d’imposer une taxe de 45 % sur les exportations chinoises.

Contrôle des armes à feu : Il s’oppose à la modification du deuxième amendement de la Constitution des États-Unis. Après les attentats du 13 novembre 2015 en France et la fusillade de San Bernardino en Californie le 2 décembre 2015, il estime que « si les gens avaient été armés, ils auraient pu se défendre ». En juin 2016, une semaine après la fusillade dans un bar gay d’Orlando par un islamiste, il se prononce pour le projet de législation interdisant aux personnes placées sur des listes de suspects de terrorisme d’acheter des armes.

Environnement et énergie : Il remet en cause l’idée du changement climatique, déclarant qu’il s’agit d’« un canular total ». Il affirme que le concept a été créé par et pour les Chinois afin de rendre l’industrie manufacturière américaine non compétitive. Il entend renégocier, voire annuler l’accord de Paris sur le climat. Des médias affirment cependant qu’il entend protéger son terrain de golf en Irlande. Il souhaite relancer l’extraction de charbon, de pétrole et de gaz.

Économie :En 2016, il se prononce pour une baisse de l’impôt sur les sociétés de 35 à 15 %. Donald Trump recommande plus de fermeté dans les tractations commerciales avec des États tels que le Japon ou la Chine. Il évoque l’instauration d’une « taxe » de 15 à 35 % sur les produits mexicains. Il exprime plusieurs positions successives sur le salaire minimum l’égal : il s’oppose dans un premier temps à son relèvement, estimant que les salaires sont trop élevés, puis s’y montre favorable, avant de déclarer que « la question devra revenir aux États ». En juillet 2016, il affirme vouloir l’augmenter de 7,25 dollars (6,50 euros) à 10 dollars (9 euros) de l’heure.

Immigration et politique des frontières : Donald Trump appelle, dès juin 2015, à la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine, avec pour objectif de « stopper l’immigration illégale ». Sa hauteur varierait de 10 à 27 m de haut. Son coût est évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Il déclare que le paiement de la construction sera réclamé au Mexique. En réponse, le président du Mexique assure à plusieurs reprises que son pays ne paiera « en aucun cas » pour la construction d’un tel mur.

Musulmans et islamisme : Le 7 décembre 2015, Donald Trump déclare qu’il stopperait provisoirement l’immigration des musulmans aux Etats-Unis. En août 2016, il annonce que des « tests de dépistage idéologiques » soient imposés aux personnes souhaitant émigrer aux États-Unis, comme ceux mis en place pendant la guerre froide, afin d’identifier de possibles extrémistes. Selon l’historienne Sally Howell, spécialiste de l’islam américain, les propositions de Donald Trump ont « provoqué une vague d’islamophobie comme le pays n’en avait jamais connu. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *