Skip to content
Mobile menu

Published in: International

Palmyre, une cité antique face à la guerre

By Sarah GARROFE

L’ancienne ville antique de Palmyre se situe en Syrie à 210 km de la capitale Damas et juste à côté de la ville moderne de Tadmor. Elle représente un vaste site de fouilles archéologiques classé patrimoine mondiale de l’Unesco depuis 1980.

PalmyraPanoramaZoom
panorama de la cité antique

Cette ville existe depuis l’âge de bronze même si les archéologues n’ont pas énormément d’informations sur la vie de la cité à cette époque. En 41 avant J.C. la ville a été attaquée par les troupes de Marc Antoine mais l’attaque a échoué. C’est la première fois que la ville est mentionnée dans des écrits romains. En 19 après J.C. l’empereur Tibère l’intègre à l’empire romain et en 212 après J.C. , Caracalla lui donne le titre de colonie romaine. Au Ier siècle, Palmyre devient une ville chrétienne et à partir du VIIème siècle elle reçoit une influence islamique après sa prise par les musulmans. Bien plus tard, en 1691, elle est redécouverte par des marchands anglais et devient célèbre dans toute l’Europe pour son architecture romaine. Au XIXème siècle, des archéologues européens et américains commencent à étudier ses ruines. Ce site de par son histoire est donc un important témoignage du mode de vie dans l’antiquité et représente un important vestige du passé.

Cependant depuis 2015 la ville est menacée. En effet, en mai de cette même année, elle est le théâtre d’affrontements entre l’État Islamique et le régime syrien lors de ce qu’on appelle la première bataille de Palmyre. A l’issue de celle-ci, l’E.I. s’empare de la ville, d’un vaste arsenal militaire et prend possession du site antique ainsi que deux champs gaziers. L’UNESCO craint alors que les djihadistes s’en prennent au site archéologique et détruisent les vestiges romains. La directrice-générale de l’UNESCO, Irina Bokova, appelle alors les différents camps à protéger Palmyre de la destruction. Le 29 mai, le chef des forces de l’État Islamique annonce par radio que les statues seraient détruites mais pas la ville antique. En juin 2015, les djihadistes détruisent des tombes d’habitants de la ville de Tadmor ainsi que deux mausolées dont un, vieux de 500 ans. Le 21 juin on apprend que les forces de l’État Islamique ont miné la zone. Quelques jours plus tard ils détruisent la statue du lion d’Athéna. Fin août, ils commencent à détruire des vestiges importants comme les temples de Baalshamin et de Baal ainsi que des tours funéraires, un arc de triomphe et des colonnes. Fin mars 2016 les forces loyalistes aidées de milices irakiennes, libanaises, afghanes et des forces russes reprennent la ville. On apprend alors que 80% de la ville aurait été laissée intacte mais que la reconstruction des temples de Baal et Baalshamin serait impossible. Enfin, le 11 décembre 2016, lors de la troisième bataille de Palmyre la ville retombe aux mains de l’État Islamique.

Temple_of_Bel_in_Palmyra
Temple de Baal
17821555400_c69b44bd11_b
Temple de Baalshamin
Lion_in_the_garden_of_Palmyra_Archeological_Museum,_2010-04-21
Lion d’Athéna

Palmyre a également été le théâtre de près de 280 exécutions en 10 mois commises par l’E.I. et notamment de l’ancien directeur des Antiquités de Palmyre qui a été décapité. A l’heure actuelle la ville de Palmyre est toujours aux mains des djihadistes et reste la cible de destruction de par les nombreux combats ayant toujours lieu en son sein.


One comment on “Palmyre, une cité antique face à la guerre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *