Skip to content
Mobile menu

Published in: vie du lycée, Vie locale

L’interview

By Ugo STEGEMAN

Image : http://poeles-et-inserts.fr/wp-content/uploads/2014/07/asr.jpg
Image : http://poeles-et-inserts.fr/wp-content/uploads/2014/07/asr.jpg

Vendredi 10 février, j’ai interviewé 3 rugbymen du centre de formation du Stade Rochelais, élèves au lycée Saint-Exupéry. Antoine, Simon et Arthur se sont portés volontaires pour parler de leur passion commune : le rugby. Ce sont trois amis qui jouent au rugby depuis plusieurs années et qui semblent complices.

1/ « Depuis quand jouez-vous au rugby ? »

Antoine est le premier à répondre. Il joue au rugby depuis qu’il a l’âge de 6 ans au Stade Rochelais. Arthur, lui, joue depuis qu’il a 12 ans. Il a commencé à Puilboreau jusqu’à ses 14 ans avant de rejoindre également le Stade Rochelais. Enfin, Simon a commencé dès ses 7 ans à Surgères et a rejoint La Rochelle à 13 ans.

2/ « En quelle année êtes-vous arrivés au club ? »

Petit moment de calcul mental pour les trois joueurs, un peu d’hésitation… Puis Simon reprend ! Il est arrivé en 2012, 5 ans après Antoine. Arthur a répondu ensuite, avec hésitation, qu’il était arrivé en 2014, après ses deux amis. Désormais ils se connaissent bien, l’avantage étant qu’ils soient dans le même lycée ce qui leur permet de se croiser régulièrement.

3/ « Comment êtes-vous entrés au club ? »

Antoine a été recruté grâce à l’école de rugby où il a débuté. Son ami Arthur raconte qu’il était un peu lassé du club de Puilboreau. Il a donc été passer des tests à La Rochelle afin d’y être recruté. Tandis que Simon a été repéré par les entraîneurs. Tenté, il a donc rejoint le club par la suite.

4/ « Quelles étaient vos premières impressions lors de votre arrivée au club ? »

Malgré le stress au début, Arthur s’est senti rapidement à l’aise grâce à ses coéquipiers. Il connaissait déjà quelques joueurs à son arrivée, ce qui l’a légèrement rassuré.Il n’a donc pas eu trop de soucis pour s’intégrer. Quant à Simon, il confirme les propos d’Arthur. il dit ne pas avoir été rassuré au début car il ne connaissait personne puis, par la suite, il est devenu ami avec de nombreux coéquipiers. Antoine ne s’est pas exprimé sur la question.

5/ « Comment gérez-vous l’alternance rugby/lycée ? »

Simon a répondu ironiquement que certains ne la géraient pas trop ! Ce qu’Antoine a confirmé par la suite puisque effectivement, il dit que les joueurs ont évidemment des charges de travail conséquentes malgré tout. Ils essayent tout de même de trouver un juste équilibre afin de ne pas gâcher non plus leurs études en parallèle. Depuis la seconde, Antoine et Simon étaient ensemble dans une section spécifique au lycée avec des emplois du temps aménagés. Mais depuis cette année, cela a été supprimé et donc ils sont obligés de reprendre un rythme normal par rapport aux cours.

6/ « En quelle catégorie/division êtes-vous ? »

C’est Simon, cette fois-ci encore, qui prend la parole, il nous dit que leur équipe est en catégorie « Crabos » soit les moins de 18 ans, la plus haute catégorie à leur âge.

7/ « Espérez-vous faire carrière en tant que rugbyman professionnel plus tard ? »

Chacun a répondu pareil, ils ont affirmé que c’était leur rêve mais ils savent que la sélection en équipe professionnelle est très compliquée. Le taux de chance de devenir professionnel est assez faible même si ils gardent espoir malgré tout.

8/ « Y’a-t-il quelqu’un ou quelque chose en particulier qui vous a motivé à jouer au rugby ?

Les trois joueurs ont répondu chacun à leur tour, Simon nous raconte que toute sa famille jouait au rugby lorsqu’il était plus jeune et donc il a été entraîné également. Tandis qu’Antoine et Arthur eux, faisaient du football et du tennis avant de jouer au rugby. Arthur a été tenté par son grand-père à jouer au rugby, il a donc testé au club de Puilboreau, ce qui lui a rapidement plu puis il a été ensuite attiré par le Stade Rochelais.

9/ « Avez-vous déjà côtoyé des joueurs professionnels du stade ? »

Ils racontent chacun avoir croisé certains espoirs, qui sont légèrement plus âgés qu’eux (2 ou 3 ans de plus) qu’ils croisent régulièrement mais sans plus.

L’interview s’est donc terminée après 5 minutes d’échange avec les trois joueurs qui sont repartis en rigolant. Nous espérons les revoir dans quelques années sur le terrain professionnel également !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *