Skip to content
Mobile menu

Published in: Mode

ScaNdaleS – N°1 John Galliano

By Clémence BOULOIZEAU

Dans cette rubrique dédiée aux scandales de la mode, nous allons retracer un par un toutes ces fois où les fils se sont brisés, les tissus arrachés et où les podiums ont tremblés dans ce monde très select qu’est la mode…

Commençons directement dans le vif du sujet avec le cas de John Galliano qui brisa à jamais l’image si lisse qu’entretenait la Maison DIOR. Comment ce génie de la mode que l’on surnommait « l’enfant terrible » est-il devenu la risée de la Haute-Couture ?

Au début, John Galliano connaît une ascension sans limite qui va le hisser jusqu’à une des plus hautes marche de DIOR fin 1990. La mythique maison de couture va l’utiliser pour redorer son image vieillissante en lui cédant tous ses caprices et en réalisant ses folies les plus extravagantes. Ils vont même négliger la santé mentale de celui-ci et utiliser son image médiatique à leur intérêt. En effet, il va être idolâtré par beaucoup, allant même, jusqu’à être désigné comme icône de la mode. Il va faire partie des trois couturiers les plus influents de son temps avec Karl Lagerfeld et Jean Paul Gaultier. Cette médiatisation va aller jusqu’au point où ses dérapages vont être mystifiés et enviés comme ses looks provocateurs, son image narcissique ou encore ses addictions connues du grand public. L’exemple type est sa collection « Les Clochards » de l’année 2000 qui fut un scandale suivi d’un succès planétaire. Fin février, son ascension surréaliste prit une tournure dramatique. Le 24, la police enregistre la plainte de 2 femmes accusant Galliano, alcoolisé, de violence légère et d’insultes à caractère raciste et antisémite. L’accusé va, bien sûr, nier les faits allant jusqu’à porter plainte pour diffamation. DIOR va immédiatement le suspendre « en attendant la fin de l’enquête ». Deuxième coup de couteau, le 26, une autre femme porte plainte pour des faits similaires qui se seraient passés fin 2010. Ces deux plaintes vont directement être soumises au tribunal de grande instance. Le coup de grâce va être porté par un journal britannique, The Sun, deux jours plus tard. Ils vont publier sur leur site internet une vidéo datant de Décembre 2010, qui montre Galliano dans un bar parisien en état d’ébriété tenant des propos identiques à ceux qui lui sont reprochés. On peut, entre autre, l’entendre dire « aimer Hitler ». Cette vidéo provoque le Buzz, elle va être visionnée des milliers de fois en quelques heures dans le monde. Cela va renforcer la crédibilité des plaintes en montrant une preuve de la face cachée de ce génie de la mode. Ce coup d’éclat va, bien sûr, ternir l’image de DIOR, qui pour la première fois depuis sa création annulera un défilé pour la Fashion Week de Paris. John GALLIANO va seulement écoper de lourdes amendes et de 1€ symbolique de dommages et intérêts.

Voici la triste histoire d’un génie dont le travail et la médiatisation provoqua une fin prématurée et dramatique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *