Skip to content
Mobile menu

Published in: Portrait

Catherine de Médicis, la Reine maudite

By Clémence BOULOIZEAU

Catherine de Médicis eut une vie ponctuée de tragédies. Elle voit le jour à Florence, le 13 Avril 1519. Elle n’est autre que la fille du Duc de Florence. Cependant, ses parents vont, tous deux, décéder des suites d’une maladie seulement un mois plus tard. Placée sous l’aile de son cousin, le Pape Clément VII. Son enfance va souffrir de la guerre civile, conséquence de la rivalité présente entre son cousin et ses opposants. Elle restera marquée à vie par la cruauté qui s’y produira. D’un autre côté, elle jouit d’une éducation riche et d’un lien fort avec l’église.
François Ier, actuel roi de France fait épouser Catherine de Médicis, âgée seulement de 14 ans à son fils, le Duc Henri d’Orléans, avec l’accord du Pape. Elle devient reine en 1547. Elle n’occupe que peu de place à la Cour et son mari ne s’interdit pas de se montrer en présence de sa maitresse, Diane de Poitiers, qui n’était autre que la favorite du château. Catherine de Médicis étant reine, elle a des obligations dont celle d’assurer la succession au Trône. Elle voue un réel intérêt à ses enfants, mais étant souvent en déplacement, elle commande fréquemment des portraits d’eux gardé précieusement. Seulement, 12 ans plus tard, deuxième déconvenue, son mari meurt des suites d’un accident lors d’un combat de joute, ce qui laisse sa femme comme régente. Elle doit surpasser son tempérament doux et discret pour poursuivre le chemin de son défunt mari, elle se montre implacable pour le bien de son pays et de ses enfants. Elle va aller jusqu’à faire pendre au balcon du château d’Amboise des assaillants qui auront tenté d’enlever son fils, François II. S’en suit une série de déconvenues, elle voit mourir un à un ses fils… Au même moment, Catherine de Médicis doit faire preuve de sang-froid pour unifier cette France divisée par la guerre civile que mènent les Protestants et les Catholiques. Elle va dépenser sans compter en banquets et autres réceptions pour les réunir. Elle va aussi créer le célèbre « escadron volant » constitué exclusivement de femme espionnant au service de celle-ci. Le 28 Aout 1572, un événement majeur de l’Histoire de notre pays va venir ternir à jamais sa réputation déjà fortement souillée : le Massacre de la Saint Barthélémy. Dans son ultime quête d’une France puissante et présente dans toutes les Cours d’Europe, elle va marier ses filles à de futurs alliés pour étendre la dynastie des Valois qui malheureusement prendra fin à la mort de son dernier fils, remplacé par celle des Bourbons.
Catherine de Médicis aura malheureusement souffert d’une image négative pendant de trop longues années, souvent dépeinte comme sombre et tyrannique. Alors que, depuis quelques années, on comprend mieux cette femme aussi pieuse qu’amoureuse, rêvant de paix. Cette même femme qui écrivit dans ses correspondances vouloir voir « danser les papistes et les huguenots » …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *